TECHNIQUES


Le taijtsu, ou "technique du corps" combine l'ensemble des techniques de combat à mains nues des arts martiaux japonais. Les "atémis" du karaté, les projections du judo, les luxations du aikido sont empruntées, combinées, adaptées, afin d'obtenir un art du combat complet, cohérent et efficace.



Les atémis


Les techniques d'atémis consistent à percuter l'adversaire avec une partie de son corps. Ce sont les coups de poings et de pieds mais aussi de coudes, de paumes, du tranchant de la main et de toutes les autres armes naturelles du corps.




Les luxations


Les luxations, ou "techniques de clés" consistent à immobiliser l'adversaire en exerçant une contrainte sur ses articulations. On les appelle aussi "techniques de soumission" car elles contraignent l'adversaire à abandonner, sous peine de se faire briser l'articulation.


Ces techniques de clés sont particulièrement appréciées dans le domaine de la self-defense, car leur efficacité ne dépend pas de la force, mais de la précision du geste.




Les projections


Les projections sont utilisés pour profiter de la force et du déplacement de l'adversaire pour l'ammener au sol ou il pourra être maîtrisé notamment à l'aide d'une clé. Bien que le le taijitsu se pratique en kimono, les projections enseignées restent efficaces quelle que soit la tenue.




La mise hors d’état de nuire


La technique de taijitsu ne s’arrête jamais au blocage de l’attaque ou à la chute de l’adversaire, mais à l’écartement de tout danger par la mise hors d’état de nuire de l’attaquant. Les techniques peuvent se conclure par une clé (jusqu’à l’abandon de l’attaquant), ou un atémi final.




Les katas


Les katas sont des enchaînements traditionnels destinés à travailler les positions et techniques fondammentales. Leurs répétitions permet d'aquérir vitesse, stabilité et fluidité.
Taijitsu kata shodan, nidan, sandan



Les kihons


Les kihons sont des enchaînements courts qui permettent de s'exercer de manière spécifique.



Les randoris


Lors du randori à deux, les rôles d'attaquant et de defenseur s'alternent à chaque action. Les saisies sont libres et le défenseur peut travailler sa vitesse de décision, la variété de ses techniques, la précision de ses gestes lorsque la fatigue vient. Le rythme s'intensifie avec le randori en cercle, où le défenseur est alors attaqué successivement par tous les autres. Il s'ajoute une nouvelle dimension puisque les adversaires sont de gabarits différents.



Les kumites


Ce sont des combats libres entre deux adversaires (atémis, clés, projections). Il s'agit le plus souvent de combats souples "à la touche" et, plus rarement et pour les niveaux avancés, de combat "au contact" avec protections (gants, casques, protèges tibias).